Pas d'argent dans les programmes - à qui la faute?

Publié le par Julien Tricard

Une étude publiée par le cabinet américain PQ Media de Stamford, Connecticut, fait le point sur l'évolution d'un marché en pleine expansion, et porteur d'une partie non négligeable du financement des médias, notamment la télévision, aux Etats-Unis: le placement de produit.



Selon cette étude, en 2004, le montant des investissements en placement produit équivaudrait à 1,8 milliard de dollars. En France, c'est tout bonnement interdit. C'est vrai que c'est plus intelligent d'interdire à l'industrie par tous les moyens possibles de se développer...

Or, cette surveillance accrue de la publicité à la télévision occulte la réalité d'un marché qui se diversifie:

- qui surveille le placement produit dans les jeux vidéos? (surtout depuis que la plupart des entreprises françaises qui en fabriquaient, autrefois leaders, sont aujourd'hui disparues ou moribondes)

- qui surveille le placement produit sur internet?

(non, je dis juste ça parce qu'internet et les jeux vidéo sont les deux modes de consommation de média préférés des 18-35 ans, mais chut!)

- qui surveille le placement produit dans les films de cinéma, qui sont diffusés aux mêmes heures que les autres émissions? (ici c'est facile: personne, c'est permis!)

- qui surveille le placement produit dans les films/émissions, etc. importés, le plus souvent des USA? Personne, et ils ont le droit...

Si j'étais parano, je dirais même que l'industrie de l'audiovisuel est empêchée de se développer par des puissances occultes. Comme ce n'est pas dans ma nature, je crois plus volontiers à une absence de vision et de volonté de faire bouger les choses des responsables.

Donc, dernière question:

Qui surveille les imbéciles qui protègent avec bienveillance notre temps de cerveau disponible?

Publié dans médias et finances

Commenter cet article