Beaucoup de bruit pour rien [Billet de mauvaise humeur]

Publié le par Chris Austin

Faut-il faire taire les médias sur les sondages et estimation des résultats lors des deux tours de la présidentielle? C'est un débat qui a animé les médias français, européens et internationaux, simplement parce qu'un certain nombre de journalistes ont évoqué le sujet sur leur blog. Quand on parle de "certains" journaliste, on parle généralement plutôt d'un seul journaliste, qui s'est "spécialisé" dans les médias depuis quelques années et dont le lobbying intense fait qu'il est désormais LA voix "indépendante" en France.
Il s'agit bien évidemment de Jean-Marc Morandini. Journaliste aux débuts de la Cinq, il a été connu et reconnu pour une émission de TF1 "Tout est possible" avant une traversée du désert en visibilité (tout en dirigeant les programmes de LV&CO société de Gérard Louvin, qui possédait des radios parisiennes)... qui l'a finalement mené dans le monde du journalisme médias, d'abord sur RMC Info, puis sur Europe1, Direct8, Télé7Jours et sur son blog.

La position premièrement défendue par ce journaliste était intéressante: sommes nous tous égaux face à l'information et son obtention? Il est vrai que les sondages sortis des urnes sont généralement disponibles une à deux heures avant l'heure officielle d'annonce en France (20h), et que les personnes ayant des amis journalistes, ou aux RG, connaissent les tendances bien avant tout le monde. Il en est de même pour les médias internationaux ; et les français habitant près des frontières ont généralement les résultats bien avant les autres.

Néanmoins, les méthodes appliquées par Jean-Marc Morandini, sont symptomatiques de son egotisme. Après une semaine de rumeurs, de menaces plus ou moins réelles, de relais d'information, d'attitude visant à crier au loup, accusant différents services de l'état de faire pression sur son hébergeur technique, appelant des hébergeurs étrangers à l'héberger pour que son droit à l'expression soit maintenu, il annonce samedi soir, un jour avant la date fatidique et sa prise de risque (fermeture de son blog et 75 000 euros d'amende), qu'il ne divulgera pas les sondages avant l'heure. Comme souvent, beaucoup de bruit pour rien. Le seul avantage de cette situation ne sera pas l'avancée du débat démocratique, la remise à plat des relations entre la presse et l'état, mais bien la médiatisation de Jean-Marc Morandini, le flux important qu'ont suscités ces problèmes sur son blog, l'augmentation de son chiffre d'affaire publicitaire (son site est géré par Lagardère Publicité) et le monnayage de son prochain contrat télévisé à la hausse (Direct8 a du souci à se faire).
Alors, si vous voulez connaître les chiffres, méfiez vous des effets d'annnonce, et débrouillez vous pour aller sur les sites étrangers ou appeler vos amis des RG.

Publié dans media-tv

Commenter cet article