La nouvelle débile du jour

Publié le par Tricard

Vingt-six ans après l'abolition de la peine de mort par François Mitterrand, l'actuel Président essaie de se réapproprier cet acte courageux mené par Badinter, en mobilisant le Congrès, c'est-à-dire les deux chambres réunies à Versailles, pour faire entrer cette annulation dans la Constitution.

Acte doublement inutile, puisque non seulement la disposition prévoyant la peine de mort (ancien article 1 du code pénal) est abrogée dans la loi française, mais de surcroît, elle est également interdite pour tous les pays de l'Union européenne, c'est-à-dire par des textes ayant une valeur juridique supérieure à notre Consitution.

Quel rapport avec les médias, me direz-vous? Aucun, si ce n'est que les médias se font les complices de ce non-événement, comme le montre cette capture d'écran prise sur la page d'accueil du site lci.fr.  

Et pendant ce temps là, de quoi ne nous parle-t-on pas? Du Darfour? De l'Erythrée? De la Somalie? Du fait que la majorité des français ne veut ni de Sarkozy, ni de Royal? Des intentions de Bush vis-à-vis de l'Iran?

Publié dans media-tv

Commenter cet article

mynto 26/02/2007 16:31

Je crois que ce jour la a aussi été rendue constitutionnellement possible la destitution d'un président de gauche. Ce qui n'est pas rien
Y avait aussi une 3è modif mais je m'en souviens pas : l'effet de voile de trop d'info...
A mon tour une devinette : pourquoi dans un système capitaliste plus le travail est rare moins il est cher ?