L'ex Mme Jacques Martin sur Paris Première

Publié le par Tricard

Nouvelle pantalonnade médiatico-politique, très discrète toutefois: "Petites Confidences de Cécilia Sarkozy" sur Paris Première.


"Oh Cecilia,
I'm down on my knees,
I'm begging you please
To come home"
Paul Simon

Se prêtent à la mascarade: une belle-soeur de Cécilia (normal) - où l'on apprend que Nicolas est foooormidable, car il appelle sa maman tous les jours ! ; Jacques Chancel (plus triste de le voir là) ; Olivier Marchal (Police District, 36 Quai des Orfèvres - ancien flic, ah, ok!) - là, petit discours réac pour dire que nous ne respectons pas assez les policiers en France, alors que les américains (ah, les USA, la patrie du respect du flic et des first ladies flamboyantes...), eux! (soit dit en passant, le jour où les flics traiteront les citoyens avec un minimum de respect, peut-être que la réciproque s'installera)

En tout cas, Olivier Marchal dit "je ne veux pas rentrer dans la polémique" et respecte sa parole en passant la brosse à reluire et en offrant une tribune à Cécilia pour montrer son émotion en parlant de la prise d'otage des enfants à Neuilly (souvenez-vous, HB).

Puis la fille de Cécilia et Jacques ! Difficile de commenter: c'est plat, creux, démago, etc. encore plus que le reste...

Bon, c'est insupportable, ça s'appelle un panégyrique (in petit Robert : "Discours à la louange d'une personne illustre, d'une nation, d'une cité").

Sinon, ça se termine avec interview de Didier Barbelivien, mais on passe Robbie Williams en boucle ("she's the one", bonjour la subtilité du message). Seul moment où l'on risque presque d'avoir un semblant de révélation, où elle parle de sa mère disparue trop tôt. Moralité : elle regrette de ne plus avoir 17 ans, Cécilia. Ah ouais, dur.

Barbelivien l'engueule (enfin, faut pas pousser, non plus) parce qu'elle passe seulement des artistes anglo-saxons, mais c'est quand même Stevie Wonder qui rythme son départ.

Donc, après le Cécilia Show orchestré devant 12 téléspectateurs sur M6 par Emmanuel Chain ("Soyons Direct", le 24 septembre 2004), voici un "Cécilia intime" diffusé sur une filiale de M6, dont le siège est, on ne le rappellera jamais assez, à ... Neuilly sur Seine, fief de Nicolas.

On a rien appris, on s'est beaucoup ennuyé, mais Paris Première n'avait pas eu autant de presse depuis bien longtemps...

Publié dans media-tv

Commenter cet article

Jules 24/05/2005 14:32

Une pensée affreuse tout d'un coup... et si tout ça c'était encore un coup de pub?
Ben oui, finalement, Nicolas, il peut agacer avec son côté "success-foule". Alors, tout d'un coup, le malheur, la trahison, ça nous a un petit goût de Chirac/Balladur version campagne 2007...
Ou peut-être que je suis totalement parano et que j'aime ça... ;-)

Fred 24/05/2005 14:05

Quand Sarko a piqué la femme de Jacques Martin, ça n'a fait rire personne...
Quand Martin est allé lui mettre son poing sur la figure à la mairie, il y a eu des sourires...
Quand il a commencé son marketing à l'américaine (sa femme au premier plan façon first lady, bonheur, amour, gloire et beauté) en prévision de 2007, ça m'a un tantinet agacé...

Alors d'apprendre que sa femme parfaite est partie avec un dirigeant de Publicis, ça fait encore une fois sourire.
C'est pas qu'on t'aime pas, Sarko... c'est juste que ton arrogance n'appelle pas la compassion.
Mais bon... on t'aime pas non plus.

Jules 17/05/2005 18:41

Ben oui, elle a toujours eu besoin d'hommes médiatiques, mais comme elle le disait dans l'émission, quand elle a connu Sarko, "il n'était que maire, même pas député".

Sympa pour les maires, non? D'autant qu'il était quand même Maire de Neuilly, Nicolas, une des villes les plus riches de France et un des bastions de la droite française, qu'il avait réussi à piquer à Pasqua...

Benito 17/05/2005 12:18

Hophophop. Je savais pas que Jacques Martin avait été marié à Madame Sarkozy. C'est bien, on sent qu'elle aime les hommes euh, à poigne? Et ils avaient combien d'écart les deux?

nadia 16/05/2005 19:42

Pour ma part, la mascarade m'a insupporté et j'ai été scandalisé que le groupe M6 s'y prête. Il se prépare de futures bonnes relations à la présidence ???

Et pour répondre à Sébastien, on ne réussit pas en politique, on oeuvre...au bien commun. Et en principe on ne communique pas, on gouverne. Tu comprendras pourquoi non, on est nombreux à ne pas applaudir à Sarko.

Et quand à cette émission sur le fond, une heure à louer l'authenticité et la transparence de cette femme... qui n'a fait que lisser son image, minauder devant la moindre égratignure " oh, non, laissez moi mon jardin secret!!!"

Et la seule question gênante de MAssenet ' vous m'avez dit hors plateaux avoir plus d'amis à gauche qu'à droit" ça a été le véto de cécilia " ah non, pas cool" et refus offensé de répondre.
Bonjour la transparence. ça c'est de la com construire une image et planquer le vrai. De la politique comme on les aime ???