De Greef au pouvoir !!!

Publié le par Tricard




Il faut lire le livre d'Alain de Greef, "Vous regardez trop la publicité" (Flammarion), véritable coup de pied dans la fourmilière audiovisuelle, oeuvre de salubrité dans un monde de consensus mou et auto-destructeur.

Car l'audiovisuel français, qui pourrait être un des leaders mondiaux, va mal: information partiale et soumise aux diktats des industriels (surtout sur TF1), production, notamment de fictions, sous-financées (sauf sur TF1) et secteur de la production morose et privé d'imagination (les décisions se font au sein des chaînes dans les unités de programmes).

Alain de Greef propose une solution radicale, mais pleine de bon sens, la seule qui puisse commencer à arranger les choses dans notre pays: privatiser France 2. Son constat est simple: il n'y a pas de vraie concurrence dans l'audiovisuel français. TF1 est toute puissante, France 2 est incapable de jouer la concurrence, prise en tenaille entre son cahier des charges de chaîne publique et ses obligations de faire de l'audience liée à sa nature hybride de chaîne semi-commerciale. Quant à M6, bien peinarde dans sa niche de "chaîne-à-ménagères-et-à-jeunes", elle ne cherche pas à jouer dans la cour des grands. Quant à Canal, elle mène sa barque de chaîne cryptée. L'absence de concurrence dans un secteur où la moitié des opérateurs sont privés est malsaine et lèse à la fois le public et les acteurs d'un secteur sclérosé.

Privatiser France 2, c'est donc mettre plus de ressources dans les autres chaînes du service public, France 3, France 4, France 5, et pourquoi pas Arte, qui pourraient alors jouer pleinement leur rôle (éduquer, informer, divertir) à l'abri des impératifs publicitaires, tandis que l'arrivée d'un nouvel entrant (qui serait très vraisemblablement le groupe Lagardère) introduirait une véritable situation de marché entre ceux qui seraient les trois acteurs en présence, TF1, France 2 et M6, qui seraient obligés de prendre des risques et d'innover.

Bien sûr, le Dr de Greef prêche seul, dans le désert. Mais le diagnostic est juste, les symptômes bien identifiés, et le remède certes de cheval, mais irréfutablement nécessaire. Merci Docteur!



Il faut lire, par ailleurs, les interviews de Michel Field et d'Alain de Greef dans le dernier numéro de TOC, encore disponible dans les kiosques...

Publié dans media-tv

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article