Télé française - Etat des lieux

Publié le par Julien Tricard

Le blog media-tv voit le jour aujourd'hui. Champagne !

Pourquoi ce blog?

La télévision, et plus largement l'audiovisuel, est un milieu complexe, opaque, morcelé. Les intérêts en jeu sont parfois politiques, souvent économiques, rarement culturels. Le résultat, ce que nous voyons dans l'étrange lucarne, est l'objet de bien des critiques, la plus récurrente étant : "la télé rend con". Pourtant, l'offre est aujourd'hui diversifiée et chacun est libre de ne pas regarder "Première Compagnie", "le Grand classement" ou le journal de désinformation officiel de PPDA. Il y a de bons programmes, enrichissants et qui font peu d'audience. Il y a même encore le soir des gens dans la rue, dans les stades ou les bistros, qui parlent, qui jouent, qui vivent et s'oxygènent.

Non, la télé ne rend pas forcément con, et ce blog a pour vocation de lancer une réflexion en profondeur sur un média dont l'utilisation par les pouvoirs publics et les grands groupes industriels ne prête pas assez à polémique.

Les deux vocations de ce blog sont :

(1) Créer un peu de polémique autour du secteur de l'audiovisuel, non seulement sur les contenus, mais également sur les modes de fonctionnement, les pratiques, les facilités, les connivences, etc.

(2) Entretenir un débat ouvert sur les moyens d'amélioration de la télévision en France.



Sur toutes les questions que peut susciter la télévision, formulons-en quelques unes pour commencer:


=> Qu'est-ce que la TNT?

Pourquoi devrait-on acheter 100 euros un décodeur pour avoir la chance de regarder un robinet à clips de NRJ (NRJ 12) et un autre de M6 (W9), une chaîne tout direct appartenant à un armateur breton (Direct 8, Groupe Bolloré), un énième canal de distribution de nanars des années 70 de Claude Berda (NT1) et une chaîne du service public au profil indéfinissable (France 4, ex Festival)? Comment la France, après avoir laissé des ingénieurs ruiner les chances de développer un audiovisuel relativement sain via le câble (plan câble - début années 80 : résultat France : moins de 20% de foyers câblés, contre 90% en Allemagne - chercher l'erreur) et le satellite (norme D2 Mac - milieu années 80 : lancement d'un satellite analogique, norme D2 Mac Paquet, à l'aube de la révolution numérique - recherchez l'erreur), a-t-elle décidé de saboter la dernière chance de numériser le pays en laissant aux 9 "sages" du CSA le soin de décider quelles nouvelles chaînes les français avaient envie de recevoir?


=> Une question qui n'est jamais posée dans les médias traditionnels: pourquoi la chaîne d'information internationale française voulue par le Président Chirac ne sera-t-elle jamais une CNN à la française?

Là, la réponse est simple: pour protéger les intérêts économiques du Groupe Bouygues, propriétaire de TF1, donc de LCI, Patrick Le Lay (patron de TF1), co-responsable du projet avec Marc Tessier (patron de France Televisions), a refusé que la nouvelle chaîne vienne concurrencer LCI. Cela nous renvoie à plusieurs questions pour lesquelles je n'ai pas de réponses, notamment : comment se fait-il que la volonté du patron de la première chaîne française (en terme d'audience et de revenus) prime sur celle du chef de l'Etat? Concrètement, cela signifie que nous ne verrons jamais en France la chaîne internationale d'information française. Cette chaîne n'aura donc jamais la possibilité d'acquérir auprès des français la crédibilité qu'a CNN aux yeux des américains. Désolé, Monsieur le Président de la République.


=> Qu'est-ce qu'Arte?

Pourquoi a-t-on en 1992 décidé d'attribuer un canal hertzien (rappelons qu'il en existe 6 seulement en analogique) à une chaîne à vocation culturelle franco-allemande après la suppression de La 5 de Hersant? Autrement formulé : y avait-il plus beau cadeau à faire à TF1 (Bouygues) et à M6 (Suez à l'époque) que d'attribuer la fréquence libérée par la faillite de La 5 à une chaîne dont on savait qu'elle ne dépasserait que très marginalement 1% d'audience?


=> Pourquoi les programmes originaux se raréfient-ils sur les antennes?

Par là, il faut comprendre que la plupart des formats qui apparaissent sur nos chaînes sont adaptés de formats étrangers. Cela signifie que les instances décisionnaires des chaînes de télé n'osent plus prendre le pari de la créativité. Si cela continue, les producteurs risquent de devenir des machines à adapter les formats repérés (fruits du "benchmarking") et achetés. Non seulement nous n'aurons plus d'idées, mais nous n'aurons plus de pétrole, car ce sont les formats originaux qui permettent le mieux aux sociétés de production de vivre.



Voilà pour l'aspect polémique. La deuxième vocation de ce blog est d'alimenter des débats sur les voies d'amélioration du paysage audiovisuel. C'est un vaste chantier, puisqu'en termes de production audiovisuelle et d'exportation de programmes, nous sommes loin derrière nos voisins européens allemands, anglais et espagnols.



Voilà pour le lancement. A très vite.

Publié dans media-tv

Commenter cet article